HK Consulting
09 81 79 55 20

Nos actualités

Emission sur France 3 "9h50"

Consult Educ' - Actualités - Lundi 27 Août 2018


Venez rejoindre Hervé Kurower le lundi 3 septembre 2018 sur France 3 qui participe à l'émission "9h50" (à cette heure là donc...).
Les questions et les réponses tourneront autour d'un sujet d'actualité : la rentrée scolaire.
A lundi!
 

Lire la suite...

L'ECHEC SCOLAIRE

Consult Educ' - Actualités - Mardi 24 Avril 2018


Si l’on se réfère au jeu du même nom, a perdu le joueur dont le roi est menacé et qui se trouve dans l’incapacité de bouger.
Il est alors en échec et mat, incapable de bouger.
 
Annoncer à un enfant et surtout à un adolescent qu’il est en échec scolaire, revient à une condamnation à mort de ses capacités scolaires et par extension intellectuelles.
 
Mieux vaut alors employer le terme de difficulté. C’est difficile d’aller à l’école.
En effet, une scolarité post primaire peut devenir un sacerdoce pour un adolescent.
Beaucoup d’heures de cours, d’inter cours, de professeurs différents plus ou moins motivés, des salles de classe bondées, des couloirs et locaux souvent vétustes, de nouvelles règles à respecter…
Il ne s’agit pas de dénigrer l’Education Nationale mais de constater.
 
De l’inadéquation d’une partie des programmes
 
A la vue des devoirs de nos enfants, une question essentielle doit à mon sens être posée : sont-ils vraiment adaptés tant par la forme que par le fond à la tranche d’âge concernée ?
 
Je pense à un devoir sur les acariens quand on a 13 ans, au descriptif fastidieux d’une leçon de géographie à propos de la Seine, sa longueur, le lieu de sa source, ses estuaires, les villes principales qu’elle traverse ; le tout multiplié par le nombre de fleuves Français…
Je pense aux œuvres littéraires proposées à nos jeunes, est ce bien raisonnable de devoir lire Le Rouge et Le Noir, le Père Goriot ou Madame Bovary quand on a 15 ou 16 ans ?
 
Bien sûr tout dépend de la manière dont le professeur « vend » l’œuvre aux élèves, mais indépendamment de cela, les œuvres étudiées sont beaucoup trop souvent longues, obscures et en décalage total avec la maturité du public concerné.
 
Il ne s’agit pas de refaire les programmes, ni même de proposer des solutions ici, mais de réaliser et freiner nos projections d’adulte. Est il pertinent d’assurer à un ado de 13 ans qu’il est important de bien connaître l’appareil digestif du rat ? ou de lui assurer qu’il faut absolument maîtriser le temps face à douze tours de cours estampillés Education Physique et Sportive ?
 
Par contre, fort de ce constat, il est impératif qu’il comprenne l’importance de parler une ou deux langues étrangères, de maîtriser la nôtre, de manipuler les fondamentaux mathématiques.
 
Je pense qu’il faut expliquer tout cela à nos ados.  De l’absurdité de certains items du programme à la nécessité vitales d’autres.
 
Un discours jamais entendu marque plus qu’une sempiternelle rengaine.
 
On peut ensuite élaborer une stratégie : pourquoi ne pas négliger un peu les tours de cours et se renforcer sur les fonctions mathématiques ?
 
Pourquoi ne pas leur apprendre à s’adapter, trier, élaborer ?
 
Bien sûr, il faut se servir des points d’appui, valoriser les matières dans lesquelles l’ado à des bons résultats sans oublier de noter les efforts et les progrès fournis dans les autres.
 

Lire la suite...

Séjour de rupture : ATTENTION!

Consult Educ' - Actualités - Samedi 24 Mars 2018


En parcourant la toile , nous avons remarqué que certains organismes privés proposent des séjours de rupture au nom d'un accompagnement familial, but louable en soi.

Pasées les premières pages de ces sites, nous découvrons bien vite qu'il ne s'agit en fait que de vendre en première intention des séjours de rupture, sans même avoir rencontré la famille ni le jeune, le tout sur 5 jours par exemple...moyennant bien évidemment quelques millers d'euros! On vous explique tout cela au téléphone au préalable et si vous vous montrez dubitatif malgré que vous soyez en pleine détresse, on vous proposera tout de même un rdv physique (rémunéré bien sûr).

L'essence même du séjour de rupture est de "rompre" précisément.
Plusieurs ingrédients sont alors nécessaires: crise intra familiale, rupture de la communication, un panel de solutions ont été tentées etc...

Une rupture de 5 jours pour régler tout ça? Alors le programme se veut allèchant: activités en tout genre qui invoquent l'estime de soi, le respect des règles, la prise risque etc... au programme : saut en parachute, treck, équitation, canyonning, via ferrata, etc...

Ne s'agirait il pas plutôt là de "vacances"? pour les jeunes ... et pour les organisateurs?
L'UCPA , société dans laquelle nous n'avons aucune action, le fait très bien depuis de nombreuses années!

CE N'EST PAS SERIEUX et même proche d'une escroquerie dont l'essence même est de profitrer de la détresse des gens en leur promettant n'importe quoi. 
Un séjour de rupture s'inscrit dans la durée, le travail éducatif doit prendre le temps comme allié, avec des objectifs précis, par le biais d'activités destinées à faire en sorte que le jeune quitte sa zone de confort par exemple, qu'un lien privilégié se tisse entre l'éducateur et l'ado, de taches quotidiennes de vie en commun pouvant être réinvesties de retour au sein de la cellule familliale, avec un suivi personnalisé ensuite.
Ceux que nous organisons se passent ainsi et sont enclenchés en cas de dernier recours
Ils sont  intuitu personnae, à la carte, nous définissons ainsi les objectifs à atteindre avec la famille, sur une durée de plusieurs semaines. Bien sûr, ils représentent un budget puisque nous mettons à disposition un éducateur spécialisé mais jamais nous ne proposons cela en première intention dans le seul but d'emmener x jeunes sur une période de 5 jours multipliés par 4 semaines multiplié par quatre ou cinq mille euros par personne!

En espérant que cet article vous épargnera des déconvenues.

Lire la suite...