Nous pouvons vous aider
09 81 79 55 20

Les jeux vidéo Part I

Hervé Kurower - Actualités - Dimanche 03 Janvier 2021

Début du 21 ème siècle, dans toute la sphère occidentale l’écran règne.

Dans la deuxième moitié du 20 ème siècle nous avions le Télécran ou écran magique, inventé en 1959.

De fonctionnement totalement mécanique, il s’agissait de déplacer un curseur sur des lignez horizontales et verticales, une poudre très fine était saupoudrée sur la face interne de l’écran, et il fallait y faire des dessins avec le curseur.

Reconnaissable à son contour rouge, il était un des jouets les plus répandus jusqu’à la fin des années soixante dix.

Nous avions également les Lego, les premières voitures télécommandées filaires, les trains électriques; les petits soldats, les petites voitures, plus tard, en 1974 il y eu les Playmobil.

En 1972, un des tous premiers jeux vidéo sort: le Pong, précurseur du jeu d’arcade, tennis de table virtuel vu d’en haut avec deux raquettes verticales qui détermine l’angle de la balle en fonction de l’endroit ou elle tape sur la raquette. Succès total.

Les premiers ordinateurs sont apparus avec des jeux de plu sen plus perfectionnés et réalistes, les consoles aussi...

Les jouets de nos enfants ont changé. Ceux de nos grands parents étaient en bois, ceux de nos progénitures sont bourrés d’électronique,. Il existe même la réalité virtuelle. Le terme en lui même devrait être un oxymore mais devient plutôt un pléonasme.

Les jeux développés deviennent d’un incroyable réalisme qu’ils soient axés sur la stratégie, la gestion, le sport, la guerre, le fantastique, la simulation. 

Vos pouvez être un joueur de foot émérite ou un soldat d’élite des forces spéciales dans votre canapé. Même les adultes s’y mettent.

Certains jeux sont si violents qu’il sont «déconseillés» aux moins de 16 ou de 18 ans.

J’ai connu une famille dont le garçon jouait à un de ces jeux de guerre ultra connu, après avoir demandé plusieurs fois à son fils de venir, la maman excédée a débranché la console. Instinctivement, le jeune garçon de 14 ans s’est levé et lui a mis un coup de poing en pleine tête.

Immédiatement après son geste, réalisant ce qu’il venait de commettre , il paru catastrophé, s’excusant mille fois, pleurant, se lamentant.

Il était tellement dans son jeu qu’il n’a pas fait la connexion avec la réalité.

Les sondages démontrent que les plus gros joueurs se situent entre 10 et 14 ans, 95% d’entre eux jouent et 92% des 15-18 ans.

5% des jeunes de 17 ans joueraient entre 5 et 6 heures par jour.

A titre indicatif, 46% des plus de 55 ans jouent également.

(Source: «l’essentiel du jeu video» - chiffres 2017 du marché français du jeu video)

Les jouets ont donc changé d’univers. Jouer est dans l’ADN de l’enfant.

Le jeu est certes, d’après les psychologues un vecteur de développement chez l’enfant, il participe à son épanouissement, consolide ses apprentissages cognitifs, de motricité fine, de culture générale même.

Il y a même des jeux en ligne dans lesquels les enfants ou  adolescents s’expriment en anglais afin de communiquer avec un jeune anglo-saxon, japonais, allemand ou autre.

Au siècle dernier, les enfants jouaient aux soldats, aux cow-boys et aux indiens, à la poupée. De nos jours aussi mais... Avec des manettes de consoles ou des claviers d’ordinateurs dédiés aux jeux (les PC Gamers).

La suite est à venir...